N°2 DU COURAGE

OCTOBRE 2014:

image.jpeg

Ce n’est pas facile de relater ses enseignements sans avoir l’impression de donner des leçons. Mais la différence entre le donneur de leçon et le sage, c’est que le sage enseigne ce que la vie lui a elle-même enseigné. Ainsi, sans paraître martyre je reconnais avoir reçu de nombreux – et ô combien précieux – conseils de mes expériences.

Tout d’abord j’ai du être une personne observatrice. Et je le suis toujours. J’observais et je pensais. Les instituteurs, les copines, les parents. J’observais mais j’oubliais d’agir. Ce qui, à mon insu bien sûr, a provoqué une différence entre la personnalité interne – ce que tu es, ce que tu vaux et que tu penses de toi – et la personnalité externe – ce que tu renvoies comme image. J’aimerais même m’arrêter là mais justement je vais m’armer de courage pour continuer d’expliquer la Persona …
Ce que tu renvoies comme image en étant naturellement très introspective et timide, c’est de la faiblesse. Détromper les gens sur ce que j’étais vraiment était donc la première bataille héritée de ma naissance.

Ensuite, j’ai voulu me plaire à moi-même. Me satisfaire en menant ce qui pour moi était un défi, pour vous autres extravertis, une évidence. Et à vrai dire la remise en question était la clé de voûte du désir de changement. Changer. Évoluer. Extérioriser. Partager. L’humour ma grande force depuis toujours fut mon grand allié ! Et j’ai conquis les plus beaux territoires. Cette bataille fut menée avec des tactiques telles que la franchise, l’ironie et l’indépendance. La douceur naïve se transformait en énergie intrigante. Bienvenue dans le monde. Tu plais désormais. Et tu as créé une Persona qui te sied à merveille. Tu es vraie et tu plais. Quelle revanche pour moi.

Et puis les réussites sociales se sont succédées. Aussi les déceptions n’ont-elles point disparues. On ne fait, à 18 ans, qu’entrer dans le monde… On ne le domine pas encore.
Si la première bataille m’avait procuré une sensation de confiance et la certitude d’un point de non retour, cette deuxième bataille me sembla être la dernière. L’amour cette fois.
Il me fallut la force d’un lion pour retrouver la même sérénité que l’on éprouve, jeune, innocent et ignorant de ce que peuvent être les failles de l’Homme.

Mais pourquoi faut-il d’abord vivre une experience douloureuse pour se figurer qu’une telle douleur existe? Je pensais que l’avis des autres faisait autorité – parce que provenant de personnes qui voulaient mon bien – et je croyais à leur sous-entendu: tu t’es faite avoir et c’est parce que tu es naïve. C’était de ma faute. Voilà le paradigme nécessairement trompeur qui menait mes réflexions. Piégée. Jusqu’à ce que je comprenne que la question était plutôt: comment peut-on, sans expériences marquantes se forger et apprendre à lutter contre soi-même ?
Réussir une première fois à lutter contre moi-même pour devenir meilleure ne suffisait pas. Il fallait tuer l’illusion ou les illusions plus justement qui brouillaient ma vision. Et pour avancer dans sa vie et réaliser des choses, il faut être visionnaire. Plus une vision est claire et émancipée, plus elle a de chance de se réaliser.
Désillusionnée, dépolluée, ma vision se mit à voir clairement les bonnes choses. Il restait à se réconcilier avec soi et oser s’avouer qu’il n’y avait plus de raison de se méfier de l’autre. Aucune raison de laisser la peur m’embarquer. Rationnellement simple, emotionnellement compliqué…

Eh oui, la troisième bataille – et sûrement la dernière du point de vue de l’apprentissage de l’émancipation – se cachait ici: retourner sur un terrain que l’on sait miné en assumant d’être armé. Et d’une manière surprenante, ce choix je l’ai fait.

Accepter sa vulnérabilité révèle en fait un Grand Courage.🚩

 

 

Posted In

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s